Le financement de l’immobilier rencontre en Afrique de l’Ouest la lancinante problématique du crédit malgré les efforts qui sont faits pour lutter contre  la question de l’insécurité foncière. Malgré la création au Sénégal en 1979 d’une Banque de l’Habitat et en Côte d’Ivoire en 1993 et leur généralisation dans la quasi-totalité  des pays africains, il n’en demeure pas moins évident de financer le développement de projets privés comme publics dans les domaine de l’immobilier, de l’hôtellerie et des infrastructures.

La montée de l’urbanisation fait naître dans tous les pays de l’Afrique une crise de l’immobilier et les programmes ambitieux ne manquent pas mais butent sur la rareté du financement bancaire et des crédits hypothécaires. L’identification d’une clientèle de plus en plus nombreuse, aussi bien à l’interieur qu’auprès des diasporas, promet pourtant un retour sur investissement dans le long terme lorsque la chaîne de valeur est maîtrisée et l’expertise au rendez-vous. Il en va également de la résorption du déficit d’infrastructures hôtelières de qualité malgré des efforts consentis par les promoteurs locaux.

 

 

Notre foncière oriente son activité autour du patrimoine d’hotels et de centres commerciaux de destination et diversifie ses actifs sur le résidentiel de standing et les infrastructures d’utilités urbaines. BDI est en phase avec la construction durable par le biais d’un investissement d’impact sur une partie des 1,2 milliard d’africains d’aujourd’hui avec en ligne de mire le bien être d’une bonne partie des 2,5 milliards d’africains en 2050.

Le credo de BDI est de créer de la valeur en permanence tout en anticipant sur les besoins de nos clients dans le respect de l’environnement et de l’articulation de notre stratégie dans l’ensemble de la chaîne de valeur de notre intervention.

X